ABATTOIRS EN WALLONIE : ÉTOURDISSEMENT OBLIGATOIRE, CAMÉRAS DE SURVEILLANCE ET CONTRÔLES INOPINÉS 

Ce mercredi, le Parlement de Wallonie a adopté définitivement le décret du Ministre wallon du Bien-Être animal Carlo DI ANTONIO relatif à l’obligation d’étourdissement lors des procédures de mise à mort et d’abattage des animaux.

Ce texte induit la généralisation du principe qui prévoit que la mise à mort et l’abattage doivent intervenir après anesthésie ou après étourdissement, en ce compris lors des abattages prescrits par un rite religieux. Pour ces cas précis, le procédé d’étourdissement doit être réversible et ne peut entraîner la mort de l’animal. 

Une disposition transitoire a été prévue afin de permettre au secteur des abattoirs de s’adapter et de s’assurer que les techniques d’abattage et d’étourdissement puissent être conformes à cette nouvelle législation. Carlo DI ANTONIO précise qu’il soutiendra les abattoirs dans leurs recherches afin que le secteur soit prêt pour l’entrée en vigueur du décret au 1er septembre 2019.

Ce délai permettra à l’électronarcose d’être mise au point pour les bovins, d’éviter une discrimination entre les éleveurs de différentes espèces ainsi qu’un risque de confusion dans la mise en œuvre des nouvelles règles. Il facilitera en outre la formation adéquate du personnel.

Pour Carlo DI ANTONIO, le texte voté aujourd’hui permet d’affirmer que le bien-être animal est une préoccupation d’intérêt public et qu’un équilibre a pu être trouvé avec le principe fondamental de la liberté de culte. 

CAMERAS, CONDITIONS DE TRANSPORT ET CONTRÔLES INOPINÉS

Au-delà des procédures de mise à mort, Carlo DI ANTONIO souligne qu’une réflexion plus large est actuellement menée en vue d’améliorer le bien-être et la surveillance des animaux au sein des abattoirs ou lors du transport de ceux-ci.

Le Ministre rappelle qu’il mène actuellement une discussion avec la Fédération Belge de la Viande (FEBEV) afin de mettre en place un mécanisme de vidéosurveillance au sein des abattoirs. 

Pour Carlo DI ANTONIO, une plus grande transparence au sein des abattoirs est en effet souhaitable afin de garantir le respect du Bien-être animal. Cette transparence se fera également au bénéfice d’un secteur parfois éclaboussé par des témoignages à charge.

Carlo DI ANTONIO précise également que, depuis cette année, la décision a été prise d’opérer, une fois par an et de manière inopinée, des contrôles au sein des abattoirs wallons.

Se préoccupant également des conditions de transports des animaux et de leur confinement, le Ministre wallon entamera prochainement une concertation avec le secteur en vue de garantir un meilleur respect du bien-être animal lors de l’acheminement des animaux vers l’abattoir. 

 

 

CONTACT PRESSE : Cabinet du Ministre DI ANTONIO - 081/710.312