COVOITURAGE SUR LES BANDES D’ARRÊT D’URGENCE : DI ANTONIO ET PREVOT DEMANDENT À BELLOT DE REVOIR SA COPIE

Le Ministre wallon de la Mobilité Carlo DI ANTONIO et le Ministre des Travaux publics et de la Sécurité Routière Maxime PREVOT s’étonnent des propos tenus ce jour par le Ministre fédéral de la Mobilité François BELLOT avançant avoir apporté, lors de la révision du Code de la Route en juillet 2016, les modifications réglementaires nécessaires à la réservation de la bande d’arrêt d’urgence au covoiturage. 

A en croire le Ministre fédéral, il relèverait désormais uniquement de l’initiative des Régions d’affecter cette bande d’arrêt d’urgence aux covoitureurs. La réalité est tout autre. 

Carlo DI ANTONIO et Maxime PREVOT soulignent que, si une révision du Code de la Route a bien eu lieu en juillet 2016, celle-ci s’est attachée à préciser les conditions de création, moyennant un marquage et une signalisation spécifique, d’une "bande réservée aux heures de pointe". 

La révision du Code de la Route avancée par le Ministre Bellot ne se concentre donc nullement sur le covoiturage.

Il s’agit d’une confusion étonnante, dans le chef du Ministre fédéral de la Mobilité, entre « pratique du covoiturage » et « mobilité en heure de pointe ».   

Pour Maxime PREVOT, « Cela ne doit pas être la journée de François BELLOT. Commettre deux erreurs majeures la même journée quant au message à diffuser au grand public en matière de sécurité routière et de mobilité, c’est au minimum surprenant ! » Les dispositions relatives au covoiturage et sa signalisation reprises actuellement dans le code de la route ne sont pas adaptées à une réelle mise en pratique et au développement du covoiturage (par exemple, il n’est pas possible d’autoriser le covoiturage sur une bande BUS).

Pour Carlo DI ANTONIO, « Le covoiturage est une solution crédible de mobilité qu’il s’agit de favoriser en créant des conditions particulières de développement. Ouvrir la bande d’arrêt d’urgence à tout automobiliste qui se trouverait sur l’autoroute à une période identifiée comme « heure de pointe » n’encourage en rien le covoiturage, cette ouverture concernant tous les conducteurs, accompagnés ou pas. » 

Carlo DI ANTONIO et Maxime PREVOT concluent en réinvitant François BELLOT à modifier le code de la route afin de développer une réelle politique en faveur du covoiturage et spécifique à cet usage. 

 

 

Contacts Presse :

Audrey JACQUIEZ – Porte-parole du Ministre Maxime PREVOT – 0497/161.861

Cabinet du Ministre DI ANTONIO - 081/710.312