FUSION DU GROUPE TEC ET ORGANISATION DU SERVICE POUR LES USAGERS EN CAS DE GRÈVE

Ce jeudi, à l’initiative du Ministre wallon de la Mobilité Carlo DI ANTONIO, le Gouvernement wallon a adopté l’avant-projet de décret réformant la gouvernance au sein de la société régionale wallonne de transport et portant modification du décret du 21 décembre 1989 relatif au service de transport public de personnes en région wallonne.

Avec ce texte, le Gouvernement wallon réaffirme sa volonté de mise en place d’une structure juridique unique et de réforme de la gouvernance au sein de l’actuelle société SRWT-TEC.

Concrètement, ce renforcement de la gouvernance s’opérera via :

  • Un  conseil d’administration réduit à 15 administrateurs ;
  • L’installation d’un comité de Direction ;
  • La consécration d’un comité d’audit ;
  • Le contrôle de la Cour des comptes ;
  • La professionnalisation des administrateurs généraux via l’unicité du mandat.

Afin de préserver l’ancrage local, le texte prévoit une répartition géographique des 15 administrateurs issus des différentes sociétés d’exploitation actuelles ainsi que l’institution d’organes de consultations par bassin de mobilité.

L’avant-projet de décret instaure également de nouvelles obligations en matière de contrat de service public. Celles-ci concernent les modalités d’organisation, par bassin de mobilité, des lignes prioritaires sur base de l’effectif disponible en cas de situation de discontinuité de service ainsi que les modalités visant à lutter contre toute forme de harcèlement ou violences basées sur le genre. 

Les grèves qui sont menées ce jeudi et vendredi, à l’initiative d’un syndicat socialiste isolé, paralysent tout le service de transport en commun. Cette situation est anormale et démontre toute la nécessité d’organiser les modalités d’un service continu. Ce matin, de nombreux chauffeurs ont été empêchés de travailler. Les grévistes mettent à mal autant les utilisateurs que l’image d’un service de transport en commun que l’on veut fiable et performant. Je ne remets nullement en cause le droit de grève, je souhaite simplement que celui de travailler soit respecté, souligne Carlo DI ANTONIO 

Avec cette réforme, le Ministre wallon de la Mobilité a souhaité rationnaliser la gouvernance du groupe tout en assurant la prise en compte des différentes réalités locales. Cette rationalisation s'inscrit dans la volonté du Ministre d'inscrire la SRWT et les TEC dans une logique de groupe.