PHILIPPEVILLE : L’EXTENSION DE LA CARRIÈRE DE MERLEMONT APPROUVÉE

Ce jeudi, sur proposition du Ministre wallon de l’Aménagement du territoire Carlo DI ANTONIO, le Gouvernement wallon a adopté définitivement la modification du plan de secteur de Philippeville-Couvin qui inscrit de nouvelles zones d'extraction et des compensations sur le territoire de la commune de Philippeville (Merlemont, Sautour, Franchimont et Villers-le-Gambon).

Cette décision approuve en effet l’extension d’une superficie de 50,9 ha de la carrière de Merlemont à Villers-le-Gambon.

Les nouvelles zones d’extraction approuvées permettront de prolonger l’activité de la carrière pendant 25 ans et de ce fait, de maintenir les 50 emplois directs et indirects locaux existants. 70% des personnes employées directement ou en sous-traitance à Merlemont habitent dans un rayon de 14 km de la carrière.

Deux produits sont extraits à la carrière de Merlemont : la dolomie jaune, utilisée pour empierrer les chemins et allées et la dolomie grise et zébrée, utilisée pour la fabrication d’engrais.  Ils font l’objet d’une demande importante sur le marché en raison de leur excellente qualité.

Confrontée à l’épuisement des réserves de dolomie dans les zones autorisées, la S.A. Dolomies de Villers-le-Gambon avait introduit en 2003 une demande de modification partielle du plan de secteur de Philippeville-Couvin portant sur l'inscription de zones d'extraction en vue de la poursuite de ses activités à laquelle était joint un projet d'aménagement écologique de carrières désaffectées. Le Conseil communal de Philippeville a émis un avis favorable, tout comme le Conseil wallon de l'Environnement pour le Développement durable (CWEDD) et la Commission Régionale d’Aménagement du territoire (CRAT).

 

Compensations en faveur de l’environnement : une nouvelle réserve naturelle créée

 

Ce présent arrêté approuve également la convention qui lie le carrier et la Département de la Nature et des Forêts du Service public de Wallonie (cantonnement de Philippeville).

Cet accord garantit une gestion des sites Natura 2000 proposés au titre de compensation mais également d’organiser la création d’une réserve naturelle domaniale de 30 hectares dans les fosses d’extraction qui arrivent maintenant en fin de vie.

Ces mesures interviennent en sus des compensations planologiques déjà créées à la demande de la Wallonie, pour un total de 80 hectares:

-        Six zones naturelles allant de 3,2 à 15 hectares;

-        Quatre zones agricoles allant de 1 à 26 hectares;

-        Une zone forestière de 1,4 hectare ;

-        Une zone d’espaces verts de 2 hectares.

Cette décision du Gouvernement wallon garantit l’emploi local et contribue à maintenir une activité industrielle en Wallonie. Pour Carlo DI ANTONIO, les compensations planologiques et environnementales qui s’imposent témoignent de la cohabitation favorable possible de la biodiversité avec une activité de ce type.