PROJET SEINE-ESCAUT : LA WALLONIE ET LA FLANDRE LANCENT UN APPEL AU GOUVERNEMENT FRANCAIS POUR QU'IL TRAITE CE DOSSIER EN PRIORITE

L’appel provient du Ministre wallon des Travaux publics Carlo DI ANTONIO et de sa collègue Hilde CREVITS,  Ministre flamande de la Mobilité et des Travaux publics, suite au gouvernement conjoint Wallonie-Flandre qui s’est tenu ce vendredi à Namur.

Les ministres DI ANTONIO et CREVITS demandent au Gouvernement français d’adopter une position claire au sujet de cet important dossier qu’est le projet de liaison fluviale à grand gabarit Seine-Escaut.

Cette liaison représente un intérêt stratégique majeur, pour la Belgique mais également pour ses partenaires voisins français et néerlandais. Les Ministres DI ANTONIO et CREVITS tiennent donc à rappeler l’intérêt européen du projet. La liaison Seine-Escaut permettra de donner une véritable impulsion au transport fluvial qui s’étend des ports maritimes de la façade Atlantique jusqu’au Rhin et au Danube, en passant par les bassins industriels wallons et flamands. Il s’agit, via ce projet, de déployer un mode de transport plus respectueux de l’environnement, tout en favorisant une relance économique impérative dans le contexte actuel.

Le projet de liaison fluviale « Seine Escaut Est »,  sur le territoire de la Wallonie, s’inscrit en cohérence avec le projet de création du nouveau canal à grand gabarit Seine Nord Europe sur le territoire français entre Cambrai et Compiègne, et, de manière plus large dans le contexte européen du « Réseau transeuropéen de transport » (RTE-T).

La remise en question de ce dossier signifierait, pour la Flandre et la Wallonie, un pas en arrière pour le développement du trafic fluvial intérieur et pour la collaboration transfrontalière. La Flandre et la Wallonie  rappellent toute l’importance que les deux régions accordent à la bonne réalisation du projet Seine-Escaut dans son ensemble.

Voici plusieurs années maintenant que le projet Seine-Escaut a été ébauché. Rappelons brièvement :

  • la création de la Commission intergouvernementale en 2009, permettant aux hautes instances d’échanger en permanence sur ce projet,
  • la création du Groupement européen d'intérêt économique « Seine-Escaut » (le GEIE),
  • la reconnaissance par l’Union européenne de l’intérêt de ce projet, puisqu’elle l’a classé parmi les 30 projets d’infrastructures prioritaires,
  • les conventions particulières entre nos régions, comme la convention régissant la réouverture du canal Pommeroeul-Condé entre la France et la Wallonie.

Beaucoup d’engagements ont déjà été pris, beaucoup d’efforts ont déjà été réalisés.

Comme tous les grands projets fluviaux, il doit se concevoir avec détermination, et avant-gardisme.  

C’est pourquoi la Flandre et la Wallonie s’engagent à poursuivre le travail engagé avec la France dans le cadre de la Commission intergouvernementale Seine-Escaut et le groupement européen d'intérêt économique.

 

Contact Presse
Marie MINET
0479/888.475