UN CADASTRE POUR LES 20.000 KM DU RESEAU D'EGOUTTAGE WALLON

Ce lundi, le Ministre wallon de l’Environnement Carlo DI ANTONIO a assisté à une démonstration d’endoscopie du réseau d’égouttage à Colfontaine.  

Une opération indispensable pour une gestion proactive de nos réseaux d’assainissement qui sont aujourd’hui vétustes et fragilisés par un manque d’entretien.

En Wallonie, le réseau d’égouttage des eaux usées se compose de 17.300 km de canalisations auquel il faut ajouter 2.100 km de collecteurs reliant les égouts aux stations d’épuration. Ces 20.000 km de réseau d’assainissement assurent un taux d’égouttage en Wallonie de 88%.

Cette visite s’inscrit dans le cadre des 7èmes Assises de l’Eau qui se tiendront ce mercredi à Namur et qui ont pour thème l’égouttage.

Un cadastre des égouts wallons par endoscopi

La SPGE, qui est chargée de l’assainissement des eaux usées en Wallonie, a initié en 2009 un cadastre des réseaux d’assainissement notamment grâce à des technologies d’endoscopie qui permettent d’en dresser un état des lieux précis.

Ce cadastre est indispensable à plus d’un titre. Tout d’abord, il permet de relever les principaux défauts du réseau et d’établir des priorités d’intervention.

Il permet ensuite d’aider les communes lors des demandes de raccordements grâce à une connaissance de la profondeur des égouts mais également d’effectuer des simulations hydrauliques afin d’estimer la capacité des réseaux existants. Cette information s’avère particulièrement intéressante pour évaluer les risques d’inondation par débordement des réseaux ou lors de projets de nouveaux lotissements en amont.

A ce jour, près de 50% des collecteurs sont « cadastrés ». 100% de ceux-ci devraient l’être d’ici fin 2016. 13% du réseau d’égouttage est quant à lui cadastré avec un objectif de 100% à l’horizon 2025.

A l’occasion de cette visite, Carlo DI ANTONIO a également rappelé les investissements qui ont été consentis en Wallonie depuis 15 ans pour équiper notre Région d’ouvrages d’épuration performants pour nos eaux usées. Ainsi, depuis 2000, plus de 3 milliards d’euros ont été investis pour passer d’un taux d’équipement en stations dépuration de 38% à 90% en 2015.

Pour le Ministre de l’Environnement, il convient aujourd’hui de rentabiliser ces investissements en améliorant le transport des eaux usées depuis nos habitations et son raccordement à l’égout, jusqu’à nos stations d’épuration.

Le réseau d’égouttage est en ce sens un chaînon essentiel d’une gestion efficace des eaux usées tout comme un diagnostic précis de l’état de nos égouts.

Etat de notre réseau d’égouttage

Les réseaux d’égouttage wallons sont globalement vétustes et fragilisés par un manque d’entretien et de suivi des raccordements qui y sont réalisés.

Ils sont donc à surveiller, en raison de leur « grand âge » mais aussi de la manière dont ils ont été posés.  Les égouts sont également à examiner au niveau des raccordements particuliers, tant pour ce qui est de leur présence, que de la qualité du raccordement lorsqu’il existe.

CITV au service des communes en matière d’égouttage

En 2011, les intercommunales IPALLE et IDEA se sont associées pour créer une filiale « CITV », spécialisée dans l’inspection des réseaux d’assainissement et d'égouttage (relevés topographiques, examens par caméra et visuels  des canalisations).

 « À certains endroits, où des inondations ont tendance à se multiplier, les caméras montées sur des chariots autotractés peuvent éventuellement détecter des anomalies dans les égouts et voir de quelle manière il est possible de les réparer. Dans la majorité des cas, les communes n’ont d’autres choix que d’ouvrir la voirie ou le trottoir pour connaître la nature et l‘étendue du problème» explique Gonzague DELBAR, Directeur Général d’IPALLE.

Cadastre du réseau d’égouttage de Colfontaine

Dans le cadre de son plan triennal 2010-2012, l’Administration communale de Colfontaine, avec l’appui de l’IDEA agissant en tant qu’Organisme d’Assainissement Agréé, a sollicité l’intervention de la SPGE pour financer une opération de cadastre des réseaux d’égouttage sur l’ensemble de son territoire. 

La moitié du territoire est actuellement cadastré, la seconde moitié est en cours de réalisation par la firme CITV, chargée des opérations.

« Grâce à ce cadastre, la Commune pourra désormais localiser les éventuels dysfonctionnements et intervenir rapidement mais également établir un plan de gestion pour l’entretien et la rénovation du réseau, donner des avis plus précis et lancer des études hydrauliques destinées à résoudre les problèmes d’inondations » explique Caroline DECAMPS, Présidente de CITV et Directrice Générale de l’IDEA.

Améliorer la longévité de notre réseau est indispensable au vu du contexte budgétaire actuel. 

Pour assurer une meilleure gestion de notre réseau, le Ministre wallon de l’Environnement appelle les communes à recourir aux opérateurs publics de l’eau. Ils disposent en effet d’une expertise dans le domaine et peuvent venir en appui aux communes afin d’assurer, notamment, un meilleur suivi des raccordements. Il en va de même dans le cadre des avis d’urbanisme en matière de gestion des eaux.

Quelles initiatives pour la politique de l’eau en Wallonie ?

Plus globalement, le Ministre DI ANTONIO souhaite une meilleure coordination des politiques de l’eau et de l’aménagement du territoire.

Il veillera ainsi à améliorer la prise en compte de la dimension « eau » dans les projets d’aménagement et d’urbanisme, depuis leur conception jusqu’à la fin des travaux.

Cela signifie notamment une meilleure sensibilisation à la gestion de l’eau des concepteurs de plans d’aménagement, une meilleure collaboration entre l’autorité délivrant des permis, les organismes pouvant délivrer un avis autorisé et les organismes d’assainissement agréés chargés des travaux.

Un cadre législatif accompagnera la sensibilisation ou les initiatives individuelles, notamment sur la question de la gestion des eaux pluviales à la parcelle. L’objectif est d’avoir une approche cohérente sur l’ensemble de notre territoire vu l’absence de règles précises en la matière actuellement.

 Des photos d’endoscopie peuvent être communiquées sur demande.

 

CONTACT PRESSE : Marie Minet, 0479/888.475