UNE FLECHE, UN DECHET !

Des flèches géantes pour sensibiliser les Wallons 

29 septembre 2016 - Ce jeudi, le Ministre wallon de l’Environnement Carlo DI ANTONIO a levé le voile sur l’action de sensibilisation menée depuis ce mardi à Mons, Gembloux, Neufchâteau et Verviers.

Cette campagne, inspirée du « Nudging », est une première en Wallonie. Plutôt que de stigmatiser un comportement, le Nudging a pour objectif d’induire un comportement adéquat sans l’imposer. 
Alors que cette approche est couramment utilisée aux Pays-Bas, au Royaume-Uni ou encore au Danemark, elle reste inédite chez nous.
QU’Est-ce que Le « NUDGING » ?
Plutôt que de dicter sous la contrainte un comportement à adopterune mesure inspirée du "Nudging" vise à changer l'environnement, le contexte dans lequel les citoyens sont amenés à poser des choix, afin d'influencer leur comportement vers un comportement bénéfique pour la collectivité. 
 
Dans cette campagne, les flèches ont pour objectifs d’attirer l’attention des automobilistes et de les faire réfléchir sans pour autant leur imposer l'adoption d'un comportement particulier. C’est à eux que revient la décision de changer – ou pas – de comportement, comme par exemple, choisir une poubelle pour jeter leurs déchets plutôt que le bord d’une route. 
 
« L’idée est de nous donner un « coup de pouce » afin de nous permettre de prendre, facilement et efficacement, les « bonnes » décisions. Les expériences étrangères témoignent du fait que faire usage de la technique du "Nudging" dans les politiques publiques les rend plus efficaces et plus proches des citoyens » explique Benjamin BODSON, chercheur dans le Nudging et assistant à l’UCL et HEC Paris.
 
L’illustration la plus courante du Nudging est celle de la mouche imprimée dans le fond des urinoirs et qui a permis de réduire la malpropreté dans les toilettes pour hommes. 
 
L’action « une fleche, un dechet ! »
 
Dès ce mardi, des dizaines de flèches ont fait leur apparition le long de voiries dans 4 villes wallonnes. Durant la semaine, un message diffusé sur les réseaux sociaux invitait les citoyens à s’interroger sur la présence de ces flèches.
Ce jeudi, l’explication est donnée : chaque année, 6.000 tonnes de déchets sont ramassées le long des routes et autoroutes en Wallonie. Pour symboliser cette malpropreté, une flèche pointant un déchet.
Comme en témoigne le bilan du Grand Nettoyage de Printemps, les canettes, emballages de snack et mégots de cigarette font partie des déchets sauvages les plus fréquents.  
 
« Ce qui est inquiétant, c’est que la présence de déchets sauvages se banalise. En jetant leurs déchets par terre, certains estiment donc normal de les trouver là, le long d’une route. C’est pourquoi, nous avons utilisé des flèches géantes pour leur effet grossissant. Même petit, un déchet reste un déchet et sa place est dans une poubelle» explique le Ministre DI ANTONIO. 
 
Les lieux où ces flèches ont été implantées (Avenue Général de Gaulle à Mons, Avenue des Marronniers à Gembloux, Chaussée de Recogne à Neufchâteau et Rue de la papeterie à Verviers) ont été choisis car il s’agit d’axes routiers régulièrement souillés par des jets de déchets en provenance des véhicules qui les empruntent. 
 
 
Plus de poubelles en Wallonie
 
Pour offrir aux citoyens wallons les moyens de se débarrasser proprement de leurs déchets dans les lieux publics, le Ministre DI ANTONIO a lancé un appel aux communes wallonnes souhaitant investir dans de nouvelles infrastructures de propreté publique sur leur territoire.
 
Une enveloppe de 3 millions d’euros a ainsi été dégagée par le Ministre afin de soutenir les communes wallonnes dans l’achat de poubelles, de cendriers de rue et d’aspirateurs de déchets.  
 
Cette mesure, comme les campagnes de sensibilisation, s’inscrit dans la mise en application du Plan wallon en faveur de la propreté publique, baptisé Be WAPP « pour une Wallonie Plus Propre ». 
 
POUR UNE WALLONIE PLUS PROPRE
 
Début de cette année, la Wallonie a passé un accord avec le monde des entreprises qui mettent des produits emballés sur le marché pour travailler de concert à l’amélioration de la propreté publique. La mise sur pied de la cellule Be WaPP – Wallonie Plus Propre en a été la conséquence directe. Celle-ci a pour objectif de coordonner la lutte contre la malpropreté afin d’engranger des résultats tangibles à l’horizon 2022. Pour ce faire, il est notamment prévu de mener régulièrement des actions de sensibilisation auprès des citoyens, d’aider les communes et autres instances publiques à se doter des outils nécessaires au maintien de la propreté publique et d’encourager les mesures répressives.
 
 
 
Contacts presse
 
Marie MINET – Porte-parole du Ministre Carlo DI ANTONIO – 0479/888.475 
Valérie CARTIAUX – Responsable communication de la cellule Be WaPP – 
0475/99.95.63